Droit à l’oubli numérique : une utopie ?

Avez-vous déjà essayer d’effacer des informations publiées à votre insu sur Internet ? Que feriez-vous si un tiers avait usurpé votre identité sur Facebook , Myspace ou Viadeo ?

Avec le développement des blogs, des réseaux sociaux, toutes nos contributions sont désormais archivées pour de nombreuses années.

Même des pages supprimées peuvent encore être parcourues, que ce soit par le cache de Google, ou avec des sites d’archivages.

Comment faire pour effacer des images, des textes, des commentaires, postées dans le passé, lorsqu’on ne se rappelle plus des identifants/mots de passe, ou pire, quand ces fichiers ont été publiés à votre insu ?

La proposition de Loi « visant à mieux garantir le droit à la vie privée à l’heure du numérique » est une première étape.

Mais comment faire quand d’autres pays ne reconnaissent pas ce droit à ‘oubli ? de nombreux serveurs sont situés en dehors du territoire national, ce qui rend impossible l’application de ces textes français.

Il ne faut pas oublier que c’est justement la masse de données personnelles qui constitue la valeur de sites comme Facebook et d’autres réseaux sociaux. Il est donc illusoire d’imaginer en contrôler une partie, d’autant que chaque pays dispose de sa propre législation.

Suppression des données.

Que faire en cas de perte de mot de passe ou pire, d’usurpation d’identité ? dans ce cas également, il sera très difficile d’effacer les informations compromettantes, les procédures de suppression exigent qu’elles soient activées par les propriétaires des espaces.

Publicités