Retour sur le colloque international des scénarios pédagogiques

Les 14 et 15 mai 2016 s’est tenu le colloque sur les scénarios pédagogiques. Cette année, le colloque avait pour thème « Scénariser le parcours de l’apprenant : une activité de modélisation ».

Formaliser ou ne pas formaliser ?

Le programme de ce colloque se concentrait sur les activités de scénarisation pédagogique et la formalisation de ces activités. Les présentations étaient organisées autour de deux grands thèmes : 1) la modélisation et l’évaluation et 2) les impacts des scénarios pédagogiques. La majorité des présentations traitaient de résultats de recherche. Cinq présentations montraient des applications.

Une scénarisation formalisée (interprétable par la machine) peut-elle permettre la spontanéité, parfois considérée nécessaire à un apprentissage significatif ? Dans son discours d’ouverture, la directrice du CIRTA , mentionnait que ce qu’elle a trouvé troublant et réjouissant à la fois est qu’elle a senti, à la lecture des énoncés de position les plus éloignés, que la plupart des participants sont conscients non seulement de l’existence plus ou moins implicite de l’antithèse de leur propre discours, mais du bien-fondé de cette antithèse. Elle a cité, en exemple, les propositions touchant à la plus ou moins grande formalisation de l’action de scénarisation, ou au sujet scénarisant. Pour l’organisateur du colloque  c’est par la modélisation pédagogique que les différents services, activités et ressources pédagogiques sont identifiés, validés et agrégés de façon à offrir une proposition efficace de formation.

Les tenants de la scénarisation formalisée et de la planification détaillée diront que l’enseignement et l’apprentissage sont des activités si importantes et si fragiles qu’elles se doivent d’être planifiées dans les moindres détails pour assurer un maximum d’efficacité. Ceux qui se montrent plutôt agacés par cette formalisation vous diront qu’il est impossible de planifier les actions et réactions d’un autre être humain et encore moins celles d’un groupe d’êtres humains. Ils vous diront aussi que la pédagogie est souvent le théâtre d’une douce euphorie, qui ne se planifie pas, mais qui fait que le message ou mieux encore, les passions passent et rendent les apprentissages si merveilleux. Tous ont pour but ultime de faciliter l’apprentissage et semblent s’entendre sur l’importance de la scénarisation pédagogique.