éducation civique

Doit-on considérer, à la suite de Gérald de Roquemaurel, directeur général d’Hachette-Filipacchi, que  » le vrai combat des autoroutes de l’information se situe entre producteurs et distributeurs « , ou estimer avec Michel Cartier, observateur québécois francophone de  » l’offensive culturelle américaine  » (lire ci-contre), que le salut de l’Europe passe par une politique d’alliances verticales, de constitution de véritable filières industrielles associant les métiers d’acteurs certes différents, mais indispensables les uns aux autres… Gilles Emery, responsable de la filiale multimédia de France Télécom s’est montré à Hourtin officiellement opposé à cette seconde alternative :  » à chacun son métier : les différents acteurs ont pris l’habitude de travailler ensemble , mais les partenariats structurels, la prise de participation dans le capital d’éditeurs, n’est pas notre priorité. Les détenteurs d’informations doivent continuer à maîtriser leurs produits, les opérateurs, dont France Télécom, à les diffuser

Publicités